• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Revue de presse Avec le chien, pour aller plus vite

Avec le chien, pour aller plus vite

Imprimer


Créée sous l'impulsion de Marie Moser, monitrice au club canin d'Obernai, la toute jeune association Empreinte 67 rassemble des mordus de canicross et de caniVTT, deux disciplines aussi sportives que ludiques. Découverte !

Avec le chien pour aller plus vite

Inspiré du travail des mushers, le canicross permet aux  attelages maître-chien d'atteindre des vitesses impressionnantes - Photo DNA Galopant d'une même foulée, quelques jeunes gens, harnachés à leur chien, s'élancent sur les sentiers du club vosgien. Il est 18 h à Heiligenstein, l'automne étend ses couleurs mordorées sur la forêt et dans le jour déclinant, Anne, Nicolas, Laetitia, Marie et les autres, accompagnés de Baïkin, Cheyenne, Blinka ou Lola, entament leur séance d'entraînement bihebdomadaire.

« Que de chemin parcouru ! L'an dernier, quand je souffrais toute seule sur le parcours de santé d'Obernai, jamais je n'aurais pu imaginer qu'un an plus tard on en serait là », raconte Marie, la présidente d'Empreinte 67, le sourire radieux malgré l'effort fourni. Car depuis quelques mois, à Obernai ou sur les sentiers de Heiligenstein, les membres fondateurs d'Empreinte 67 enchaînent les sorties, à pied ou à VTT, alternant le travail sur le terrain du club canin d'Obernai, en obéissance ou en agility, et le sport en plein air, histoire de bien défouler les chiens. Ainsi, tous les lundis et tous les mercredis, le petit groupe se réunit pour courir avec les chiens, variant les parcours au gré des humeurs et des envies. Ceux qui le souhaitent s'entraînent aussi seuls chez eux, avec chien mais aussi sans, histoire d'améliorer leurs performances.

Inspirés du travail des mushers

Inspirés du travail des mushers et des courses de chiens de traîneau, le canicross et le caniVTT (ou canicyclocross), apparus en France dans les années 80, ont pris leur essor dans la décennie suivante. Le principe est simple : reliés l'un à l'autre par une longe élastique, maître et animal parcourent ensemble des distances variables, qui vont en compétition de 4 à 9 kilomètres. De plus en plus souvent, ces disciplines nature attirent des sportifs ou d'anciens sportifs, cyclistes ou triathlètes, qui complètent par cette symbiose avec leur animal leur goût de la vitesse et du challenge. Car tracté par un chien, l'être humain va beaucoup plus vite, jusqu'à 20 km/h (en course) pour les attelages les plus performants !
Néanmoins, nul besoin d'être un sportif aguerri pour s'improviser canicrosseur ou caniVTTiste ! N'importe quel propriétaire de chien, pourvu que le médecin le déclare apte au service, peut se lancer ! Les disciplines sont même ouvertes aux enfants, répartis selon leur âge en pupilles (jusqu'à 11 ans), benjamins (de 11 à 14 ans) et juniors (de 14 à 17 ans). Et si le chien est trop puissant pour le gabarit de l'enfant, un adulte peut se joindre au binôme, en assurant sa sécurité.

En Alsace, peu de clubs proposent cette activité à leurs adhérents. C'est ce qui fait d'Empreinte 67 une petite révolution dans le monde canin des régions de Molsheim et d'Obernai. Et en attendant leur première vraie course, sans doute celle organisée les 8 et 9 novembre par le club Nanook de Bischwiller, ces amoureux des chiens et du grand air poursuivent leur entraînement intensif, espérant susciter des vocations et inciter de nombreux sportifs à venir poser grossir les rangs de leur association.